L'Emprise Invisible, comment tout a commencé !

Tout a commencé en 1967 !

Le premier chapitre de mon livre L'Emprise Invisible, reprend mon premier livre Le silence des coups, préfacé par l'Abbé Pierre et édité chez Fayard en 1991.  

Le silence des coups qui raconte mon enfance maltraitée est le socle de mon premier combat avec l'association L'Enfant Bleu que j'ai fondée en 1989 contre la maltraitance des enfants.

Moi, la petite fille maltraitée devenue femme, je m'étais réappropriée ma vie, je l'avais reconstruite, j'étais à ma place.

Jamais, je n'aurais pensé plonger de nouveau dans l'enfer d'une maltraitance plus subtile, celle de L'Emprise Invisible.

La prison des mots, la manipulation, la perversité, la calomnie, l'assassinat psychologique sur Internet, vingt ans d'un nouveau combat pour protéger mes filles, pour sortir de la victimisation et me réapproprier ma vie.

Vingt ans pendant lesquels, j'ai disparu avant de me relever. Il m'est alors apparu comme une évidence d'écrire L'Emprise Invisible, en reprenant au tout début mon enfance maltraitée puis d'en écrire la suite pour révéler toutes les arcanes de la maltraitance sur les enfants et le parent aimant, les grands oubliés du système. Un système qui ne protége ni les enfants, ni le parent aimant, un système qui les enferme dans une prison sordide et qui ne leur offre aucune réparation, un système qui protége le parent maltraitant. 

Aujourd'hui, chaque jour est pour moi un combat et le restera tant que les victimes continueront de subir car j'ai conscience que depuis trente ans, peu de choses ont évolué en faveur des victimes et cela doit changer. 

L'Emprise Invisible est aujourd'hui la pierre d'angle de mon nouveau combat contre les violences psychologiques avec Un Nouveau Jour car ces violences n'obtiennent jamais réparation devant une cour de justice. 

Revue de presse de mon premier livre, premier chapitre de L'Emprise Invisible

LE SILENCE DES COUPS

Préface de l’Abbé Pierre – Editions Fayard

Prix Laurence Tran - Belgique

Prix Albert Schweitzer 1996

Elue femme de l’année 1994 – Grand prix Madame Figaro

Dix ans, il lui a fallu dix ans pour réussir à raconter l’enfance massacrée, le saccage précoce d’une enfant battue… Dans un livre sans pathos qu’on lit pourtant en pleurant, étouffé de tristesse, d’indignation. Madame Figaro – Annick Lacroix

Il lui aura fallu dix ans pour écrire ce beau témoignage, un poignant appel à ceux qui se taisent devant l’insoutenable. Femme actuelle – Marie Lannelongue

 

Prime - Grande soirée en directe TF1 – TELE SEPT JOURS ET RTL

Témoignage de Lorène Russell, ex-enfant battue, auteur du Silence des coups, fondatrice de l’association l’Enfant Bleu, qui vient de recevoir le prix Albert Schweitzer 1996.

Télé sept jours

 

Ne manquez pas ce rendez-vous de l’amour et du courage. France 2 - Matin Bonheur

RTBF – Belgique – Prime

Un témoignage poignant et révoltant sur le monde de la violence. Ciné télé revue - Belgique

Livre de chair, de souffrance, de sang et de mémoire, le témoignage tout de pudeur de Lorène Russell est aussi un livre d’espérance pour tous les enfants maltraités.

Libre Belgique – Marianne Vanhecke

Un témoignage bouleversant. Jacques Franck – Directeur de la rédaction de La Libre Belgique

Zone interdite présenté par Patrick de Carolis

Enfants battus : le silence des coups.

Lorène Russell, l’enfant martyre, s’est révoltée. Elle a créé une association l’Enfant bleu…. Et pour témoigner, elle a écrit son histoire : Le silence des coups (Fayard)

Reportage d’Hubert Dubois - Télé sept jours

Le silence des coups : un livre de déchirures, de sang, de plaintes. Un témoignage sauvé de l’enfance martyrisée. Un voyage en enfer dans une société en paix.

Le quotidien du médecin – Philippe Roy

Ce livre qui raconte avec pudeur une enfance volée, violée, est aussi un émouvant témoignage d’amour, d’espérance, de foi qui arrache à la souffrance et ouvre l’avenir.

Le pèlerin Magazine

Un livre écrit pour rompre le silence qui enferme les enfants maltraités et briser leur solitude. Psychologies

Dans son livre, le Silence des coups, elle raconte sa propre expérience et la lecture de ses effarants souvenirs fait froid dans le dos. Emu, l’abbé Pierre parraine son association…. Le figaro magazine

« Un enfant martyrisé est comme sourd, aveugle et muet », Lorène Russell clame sa vérité du fond de ses tripes…. Un témoignage bouleversant. Famille Magazine

Un livre-choc pour témoigner mais aussi pour donner un message d’amour et d’espérance pour tous ces enfants maltraités. France Loisirs

Un livre écrit avec une grande pudeur, sans passion ni hargne. Le grand livre du mois

Un document brut, mais gorgé d’amour de la vie et d’espoir, à lire d’urgence… Révolution  – Dominique Roger

Cri d’alarme et de solidarité bouleversant. Le messager - Mégève

Dès le début du livre, le ton est donné et l’histoire se déroule. Enfant martyr, vingt ans de descente aux enfers racontés avec précision mais sans haine. Notre temps

Un exemple à faire valoir pour montrer que les méchantes histoires peuvent aussi connaître d’heureux rebondissements. La marseillaise – Antonio Moreira

Une passionnante autobiographie. La sincérité douloureuse de ceux qui sont passés par le pire et qui ont trouvé la lumière au bout du tunnel. Dernières nouvelles d’Alsace       

Une histoire tragique et révoltante qui aurait pu la durcir à jamais… Mais ici l’épilogue est celui de l’amour. D’où la leçon d’espérance qui naît de ces pages.

L’homme – G.E.

Ce que Lorène a puisé semble être une infinie richesse intérieure. France Catholique – Elise Fischer

Un ouvrage qu’il faut absolument lire, parce qu’il est un cri, un témoignage, mais aussi un projet, un combat. La gazette de Monaco – Michel Daner

Le silence des coups est un livre intense et bouleversant qui provoque un salutaire questionnement chez le lecteur. Peuples du monde – Marc Larchet

Il n’y a aucune haine dans ces pages au style nerveux et aucun misérabilisme complaisant dans l’itinéraire tourmenté  de cette jeune femme. C’est l’espoir qui apparaît au bout du tunnel. Sud-Ouest Dimanche

Ce qui pourrait être un roman noir n’est que l’affreuse et trop fréquente réalité vécue par des enfants dont ce témoignage veut nous faire entendre le cri. La manche Libre

Un livre, émouvant parce qu’il est pudique : en peu de mots, Lorène dit beaucoup, sans jamais tomber dans l’exhibitionnisme. Et quand parfois elle s’attarde sur les brutalités de son parâtre, sur ses séjours en prison ou dans des établissements spécialisés qui ne valent pas mieux, le lecteur la plaint sincèrement et serre les poings.  Le méridional -  P-H.F.

7 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire