Ce qui doit changer

Oeuvrer pour l'application des lois existantes et l'intégration de nouvelles lois

Les soins thérapeutiques

- Les thérapies doivent être prises en charge par la sécurité sociale. Elles doivent être différentes selon le vécu et les caractéristiques de l'enfant mais aussi de l'adulte qui a subi des maltraitances dans son enfance par exemple l'équithérapie, très efficace pour les enfants ayant subi des abus sexuels.

- La possibilité de choisir son thérapeute qui pourra être un psychologue.

- La possibilité de choisir une thérapie alternative comme l'équithérapie, le théâtre, la danse, la musique dont les séances seront remboursées. Elles devront avoir lieu avec un professionnel du thème et en binôme avec un psychologue.

 

10

La prévention et la protection des mineurs

14

Ces actions de bons sens sont les bases même de la prévention et de la protection des mineurs.

- L'application réelle de la loi pour "la non-assistance à personne en danger".

- Les visites des acteurs sociaux dans les situations à risque doivent intervenir sans prévenir les familles et le soir.

- La formation de tous les acteurs sociaux, éducatifs, médicaux et en psychologie pour l'écoute, le recueil de la parole de l'enfant, et sur tous les types de violences faites aux enfants incluant l'aliénation parentale, la violence perverse, la relation toxique.

- La formation sur tous les types de violence et la présence systématique d'un référent dans chaque commissariat de police, dans les hôpitaux et les écoles.

- La refonte du système de l'ASE, des placements d'enfants et de leur insertion sociale à leur majorité.

 

Le plan judiciaire

Dans notre système, les dénonciations calomnieuses sont devenues des armes redoutables pour certains parents, détruisant la vie de leur conjoint et de leurs enfants. La loi doit être d'une intransigeance absolue, les victimes doivent avoir réparation.

- L'application au pénal des faits de dénonciations calomnieuses sur de fausses violences faites aux enfants doit être respectée.

- Le parent qui manipule son enfant pour accuser l'autre parent de maltraitance physique ou d'abus sexuels doit être sévèrement puni. En effet, la victime vit le même parcours judiciaire que si elle était coupable avec toutes les conséquences que cela implique sur sa santé, sa vie professionnelle, familiale, sociale et financière.

- Le fait de détenir l'autorité parentale ne doit pas donner la possibilité à un parent d'utiliser le nom et l'image de l'enfant à des fins de calomnies sur l'autre parent. Il doit être sévèrement condamné.

Justice

La prescription et la présomption d'innocence

IMPRESCRIPTIBILITE

Les victimes souvent traumatisées pendant des années et parfois toute une vie, doivent avoir la possibilité de porter plainte quel que soit leur âge !!!

 

- La loi doit être modifiée et devenir un droit imprescriptible pour les mineurs victimes d'abus sexuels.

- La loi doit être modifiée et devenir un droit imprescriptible pour les mineurs victimes de maltraitance physique grave. 

 

UNE NOUVELLE LOI DOIT ETRE VOTEE

 

- Une nouvelle loi doit être votée sur l’incapacité d’un mineur à avoir une relation sexuelle avec un adulte par l'instauration d'un seuil d'âge à 15 ans.

- La loi doit intégrer qu'un abus sexuel sur un mineur est un viol et doit le caractériser comme tel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire